Rechercher
  • Marine

I.2 Yogascittavrttinirodhah

Mis à jour : 12 août 2020

Yoga : Le Yoga

Chitta : conscience périphérique, mental

Vritti : agitation, modification, perturbation

Nirodhah : arrêt, interruption

Le yoga est le complet contrôle des fluctuations (- activité automatique) de l’esprit.

Patanjali nous donne dès le départ sa définition du Yoga : la cessation ou le contrôle des fluctuations du mental.

Le Yoga est une méthode par lequel l’esprit sans repos se calme et l’énergie est canalisée dans une direction précise.

L’esprit est le dépositaire de toutes les pensées, émotions et souvenirs. Comme un entrepôt qui contiendrait ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Nous voyons le monde, et nous-mêmes, à travers l’oeil de notre esprit. Lorsque l’esprit est clair et apaisé, nous voyons le monde qui nous entoure de manière paisible et lumineuse. Nais lorsque l’esprit est emmêlé alors notre vision du monde et notre relation avec ce dernier sera emmêlé de la même manière. Nos concepts du bon et du mauvais, du juste et de l’injuste dépendent de la qualité de notre esprit, comme ce que nous aimons et ce que nous détestons. La qualité de notre esprit façonne nos pensées, nos discours et nos actions.

Le sage et le démon sont tout deux les produits de notre esprit. Un esprit lumineux nous permet de voir et d’embrasser notre être intérieur, immortel et omniscient tandis qu’un esprit obscurcit par l’ignorance nous enchaîne à cet éternel recommencement de naissances et de décès associé à d’incessantes expérience de plaisir et de douleur. En d’autres mots nous nous restreignons lorsque l’esprit se restreint, et nous grandissons lorsque l’esprit grandît.

Comme quand la puissante rivière lorsque correctement dirigée par des digues crée un vaste réservoir d’eau, préviens la famine et procure une grande source d’énergie pour l’industrie. De la même manière, l’esprit quand est controlé, il devient un réservoir de paix et génère de l’énergie vitale en abondance.

Le problème est que contrôler l’esprit n’est pas chose facile, comme l’illustre cet échange entre Arjuna et Sri Krishna au paragraphe 6 de la Bhagavad Gita :

« Krishna, tu m’as dit que le Yoga est une communion avec Brahman (l’Esprit Universel) dans lequel on ne fait qu’un. Mais comment cela peut il être permanent puisque l’esprit est tellement sans repos et inconstant ? L’esprit est impétueux et têtu, fort et libre, aussi difficile à saisir que le vent »


Sri Krishna répond : « Cela ne fait aucun doute, l’esprit ne connaît pas de repos et il est très difficile à contrôler. Mais il peut être entraîné, par un pratique constante (abhyāsa) et par le non attachement (vairāgya). Un être qui ne peut contrôler son esprit connaîtra des difficultés à trouver la communion avec le divin; mais l’être qui se contrôle peut atteindre cette état, s’il essaie vraiment et dirige son énergie dans la bonne direction. »

Notre esprit est fait d’empreintes, d’émotions issues d’expériences passées ayant laissé des subtiles impressions au plus profond de nous qui importent nos actions et pensées au quotidien.

Le Sage Vyasa identifie 5 différents états de l’esprit :

  • perturbé = kshipta

  • stupéfié, figé = mudha

  • distrait = vikshipta

  • concentré, pointé dans une direction = ekagra

  • parfaitement contrôlé = niruddha

L’esprit être perturbé ( kshipta) parce qu’au plus profond les éléments d’attachement, de désir, de colère, de peur et de doutes sont actifs et l’esprit opère sous leur influence.

L’esprit est stupéfié ( mudha) - sombre, dense et terne, parce qu’au plus profond des éléments d’anxiété, de douleur, d’abattement et de désespoir sont actifs et rendent l’esprit inerte.

L’esprit est distrait ( vikshipta ) lorsque les états perturbés et stupéfiés sont eux-même mêlés d’enthousiasme, de courage, de motivation, de clarté et de détermination - et que tout ses éléments sont plus ou moins actifs au hasard. Il en résulte un esprit à moitié concentré et à moitié dissipé.

Un esprit piégé dans un de ces précédent états manque de clarté. Il n’a aucune confiance en ses propres pouvoirs et qualités. Il est indécis et sans enthousiasme quant à agir sur ses pensées et idées. Il recherche la validation de sources extérieures. Lorsque porté par un esprit perturbé, stupéfait ou distrait, nos efforts même nobles, ne rapporterons que de maigres fruits. Le fruit qu’ils porteront sera invariablement teinté par le doute, l’indécision, et la peur.

C’est un cercle vicieux, les actions et leur fruits renforcent ses impressions subtiles qui rendait déjà l’esprit perturbé, figé, ou distrait. Comme Vyasa le recommande dans son commentaire, ces actions que l’on pourrait qualifier de dysfonctionnelles doivent être arrêtées .

C’est là que commence la quête du samadhi : par faire cesser l’esprit perturbé, figé ou distrait en le dirigeant dans une direction précise ( ekagra ) et en le contrôlant parfaitement (niruddha).

L’esprit devient pointé dans une direction lorsque la pureté, la clarté et la paix sont installées profondément en nous. Sous l’influence de ces éléments l’esprit regagne son pouvoir d’illumination ( sattva ). Il rayonne de sa propre luminosité, il est stable. Il n’est pas en deuil de son passé, et ne s'inquiète pas de son futur. La perturbation, la stupéfaction, la distraction sont mises au repos. L’esprit est sereinement actif et circule paisiblement vers l’ intérieur.

Maintenant, commence la pratique du Yoga dans sons sens le plus vrai. Tandis que la pratique va s’approfondir, l’expérience quelle crée va se faire de plus raffinée et profonde. Comme nous le verrons par la suite, ce voyage intérieur contient 4 stades différents, qui seront achevés par un esprit dirigé dans une seule direction. Finalement l’esprit atteint un tel degré de pureté, de clarté et de perfection qu’il devient pure conscience. Dans cet état toutes les impressions subtiles disparaissent et nous sommes libérés des fluctuations de notre esprit. Selon Patanjali, cet état est le Yoga.

Sources : “The Secret of the Yoga Sutra - Samadi Pada” de Dr Pandit Rajmani Tigunait, “Yoga Sutras” du Sage Patanjali édition Albin Michel, et ma propre réflexion.



16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout